Michel Butor

Don Juan dans la Manche

Obliques, numéro spécial. Paris: Borderie, 1975.

© Ambroise Barras (2004), pour l'édition, l'analyse et les commentaires

Le processus d'engendrement des stophes pour un Don Juan dans la Manche est décrit dans le mode d'emploi que Michel Butor donne à son Matériel pour un Don Juan (La Louve d'Hiver, 1977):

Par exemple, pour obtenir Don Juan dans la Manche, il faut:

  1. Changer les prénoms shakespeariens: Virgilia, Violenta, Lychorida, par des prénoms cornéliens: Mélite, Chloris, Dorise;
  2. Changer les lieux shakespeariens: Rome, Ferrare, Sicile, par des villages du département de la Manche: Agon-Coutainville, Villedieu, Airel;
  3. Introduire en décalant chaque fois d'une unité des titres empruntés au Dialogue avec 33 variations de Ludwig van Beethoven sur une valse de Diabelli; alla marcia maestoso le sceptre majeur, poco allegro l'introduction au bal de la cour, à travers le prélude à la fontaine des rayons dolce quelques traces de fièvre, avec une charnière: en écoutant, je murmurais, en dansant... à intrevalles réguliers doubler cette manipulation;
  4. Changer à certains intervalles réguliers le féminin par le masculin en accordant adjectifs et métaphores: creuset, mimosa, reliquaire devenant greffe, olivier, ostensoir;
  5. Introduire régulièrement en sautant une strophe sur trois un des vents qui sont énumérés dans la Rose consacrée à Charles Fourier avec la charnière: en respirant.

Cela peut donner:

1

[12r][17v][20r][13r][11r]
Pourquoi tarderaudacieusejadis
pantelantje me meurtrissaisje me dévorais
cela s'est passéà l'entracteen un instant
patienteVirgiliaromaine
joaillièregardienneor
des trésorset des confidencestes improvisations
joietes bouquetsm'ont interpellé
paixvariétéautre délire
<vers surnuméraire>
saveursje brûlebaise-moi
marque-moiçà et làs'éterniser

En écoutant alla marcia maestoso
le sceptre majeur
4 je me dévorais
cela s'est passé à l'entracte en un instant
patiente Mélite1 d'Agon-Coutainville2
joaillière respirant l'Aquilon3
des trésors et des confidences tes improvisations
joie tes bouquets m'ont interpellé
paix variété chantant4
à travers l'explosion5 quelques traces de foudre6
7
saveurs je brûle baise-moi
marque-moi çà et là s'éterniser

Les 20 cartons du Matériel pour un Don Juan sont empilés. Les cartons [12r][17v][20r][13r][11r] constituent la matrice de la première strophe.

  1. Quand un prénom féminin apparaît dans la matrice (4,2), il est régulièrement substitué par un prénom d'héros ou héroïne cornéliens. Ici Mélite pour Virgilia.
  2. Quand une référence toponymique apparaît dans la matrice (4,3), elle est régulièrement substitué par un nom de localité du département de la Manche (50). Ici Agon-Coutainville pour romaine.
  3. Butor introduit une transformation plus ou moins régulière qui déclinera, à partir de la position (5,2) pour la première strophe, le paradigme des vents: respirant l'Aquilon. Les strophes suivantes, à raison de 2 strophes sur 3, reprendront cette transformation, en en décalant l'introduction dans la matrice. Cette transformation suit un schéma syntaxique relativement rigide: [en] respirant + un vent [+ qualificatif].
  4. Butor intervient encore sur la matrice du poème en introduisant une variation sur un motif musical: on y retrouve des indications dynamiques (ici alla marcia maestoso) associées à la mention d'une pièce musicale (ici le sceptre majeur). La transformation s'ouvre généralement par un verbe dénotant une activité expressive (chanter, murmurer, inventer, métamorphoser, traduire...) ou perceptive (écouter, découvrir...). Reproduite de strophe en strophe, elle est régulièrement décalée d'une position dans la matrice textuelle. Ce type d'intervention est enfin généralement redoublé à chaque strophe impaire.
  5. Une transformation secondaire (sous la forme d'un syntagme prépositionnel: à travers + nom) peut être associée au motif musical.
  6. Autre transformation occasionnelle, celle qui introduit le motif de la trace: quelques traces de + nom.
  7. Le volume des transformations est ici tel que la strophe en est rallongée d'un vers.

2

[17v] [20r] [13r] [11r]
En vainaudacieusedans mes abîmes
rebutje me meurtrissaisreplié
maisà l'entractesuave
fabuleuseViolentaferraraise
joaillièreluneor
des âgeset détourstes improvisations
tes répartieston corsagem'ont réconforté
boucliersauleallonge-toi
jaillissementje brûlebaise-moi
secrètementçà et làs'éterniser

En vain 2je murmurais poco allegro
l'introduction au bal de la cour

mais à l'entracte suave
fabuleuse Chloris de Villedieu
joaillière lune 3respirant
la bise
des1 détours tes improvisations
tes réparties ton corsage m'ont réconforté
bouclier saule allonge-toi
jaillissement je brûle baise-moi
secrètement çà et là s'éterniser

Le carton en tête de pile est retourné et placé sous le tas. La manoeuvre est répétée pour chaque strophe.

  1. Transformation syntaxique qui lie détours comme complément du nom bise: bise des détours
  2. Transformation musicale, régulièrement décalée d'une position dans la matrice, ici en position (1,2)
  3. Transformation des vents, régulièrement décalée d'une position dans la matrice, ici en position (5,3)

3

[20r] [13r] [11r]
Courageaudacieusedans mes abîmes
épaveje râlaisgrinçant
maisau marchégrâce au ciel
espiègleLychoridail pleut
acrobatelunefée
des rumeurset détourstes signes
tes encouragementston corsagem'ont invité
bichedaturaserre-moi
jaillissementje brûledévêts-toi
secrètementçà et làlonguement

Dans la galerie3 audacieuse en dansant
à travers le prélude à la fontaine des rayons
un peu modéré dolce quelques traces
de fièvre
Dorise il pleut
acrobate lune fée
1des rumeurs et détours tes signes
tes encouragements ton corsage m'ont invité
biche célébrant l'istesso tempo
soudain le regard du docteur Faust
se mêlant au sourire des demoiselles
2

  1. Transformation des vents: déclalée d'une position, cette transformation aurait été introduite en colonne 1 de la matrice (6,1). En cette position, la transformation n'est systématiquement pas effectuée.
  2. Transformation très occasionnelle (puisqu'elle n'apparaît encore qu'à la strophe 24, qui explicite le motif du docteur Faust.
  3. Le syntagme prépositionnel Dans la galerie introduit ici en position (1,1) pourrait aisément être lié à la transformation faustienne apparaissant à la fin de la strophe. Cette strophe bouclerait ainsi sur elle même, rejouant au niveau local l'économie générale d'engendrement de toute la série poétique:

    soudain le regard du docteur Faust
    se mêlant au sourire des demoiselles
    dans la galerie

4

[13r] [11r] [8r]
Couragedans mes désastresdans mes abîmes
démonje grimaçaisgrinçant
tu paraissur le pontgrâce au ciel
voluptueusePhryniatu le sais
institutricelunedes gouffres
des vergerset détourstes accents
ta retenuejoiem'ont fouetté
creusetdes myrtesmimosa
reliquaireje brûledévêts-toi
flairerçà et làlonguement

Courage dans mes désastres dans mes abîmes
en récitant à travers la dispersion preste
des nuages quelques traces de séismes

voluptueux Rodrigue1 tu le sais
instituteur soleil2 des gouffres
et vergers respirant le Mistral
ta retenue joie m'a fouettée
greffe2 des myrtes olivier2
ostensoir2 je brûle dévêts-moi
flairer çà et là longuement

  1. L'adresse est masculine (voluptueux Rodrigue, instituteur), l'énonciation change ici de genre et passe au féminin: tu m'as fouettée.
  2. Une série de transformations sémantiques constelle la réécriture des strophes, dans une redistribution des genres et des connotations:
    • soleil (masc.) pour lune (fém.)
    • greffe (fém.) pour creuset (masc.)
    • olivier pour mimosa
    • ostensoir pour reliquaire

5

[11r] [8r] [9r] [6v]
Tu le saisje m'étranglaisdans mes abîmes
vieillije me perdaislarve
l'heure a sonnésur le pontgrâce au ciel
mystérieusePerditasicilienne
institutriceparfumdes vitraillers
des vergersdes pharestes regards
ta retenuetes fourruresm'ont ressuscité
herbetalismanambre
reliquaireje brûlehâte-toi
flairerçà et làexplorer

Tu le sais je m'étranglais dans mes abîmes
vieilli en traduisant un poco piú vivace
la chandeleur
sur le pont grâce au ciel
mystérieuse Caliste d'Airel
institutrice parfum des vitraillers
des vergers et des phares respirant
les ouragans majeurs
tu m'as ressuscité
herbe talisman ambre
découvrant à travers ma guérison assez lente
quelques traces de la parade
explorer

6

[8r] [9r] [6v]
Légendeinnocenteen mes intrigues
vieillije me perdaisj'appelais
l'heure a sonnésur le ponttaciturne
minceRosalindeardennaise
institutricedélicedes vitraillers
je le juretourbillonnantetes regards
tes bouclesm'ont atteinttes palpitations
tes jambesempiégéambre
clavecinsje pâlishâte-toi
rajeunirtrébucherexplorer

Conte2 innocent en mes intrigues
vieilli je me perdais en transformant
allegro vivace le jaillissement de l'écume

mince Horace de Valognes
instituteur délice des vitraillères
je le jure tourbillonnant tes regards
tes boucles m'ont atteint1 tes palpitations
tes muscles2 empiégé ambre
tambour2 je pâlis hâte-toi
rajeunir trébucher explorer

  1. La transformation de l'adresse au masculin (Horace) n'appelle pas ici une énonciation au féminin: m'ont atteinte
  2. Transformations sémantiques:
    • conte (masc.) pour légende (fém.)
    • muscles (masc) pour jambes (fém.)
    • tambour pour clavecins

7

[9r] [6v]
Hâte-toibelledans mes déserts
je m'enfonçaisécoeuréj'appelais
l'heure a sonnéà la chassetoi
minceKatherinem'en veux-tu
si belleorgueildes vitraillers
tu rougissinueusetes regards
tes brastes chevillestes palpitations
m'ont poursuivim'ont ravitorche
clavecinsje pâlisaccepte
rajeunirtrébucherretrouver

Introduction à la promenade amoureuse
je m'enfonçais écoeuré j'appelais
en inventant bien rugi lion
est-ce la matinée du premier mai qui revient
bien lui lune plus calme

tu râles1 sinueuse tes regards
tes naseaux1 respirant la mousson
d'hiver
m'ont ravi torche
corne1 je pâlis me métamorphosant
allegro ma non troppo e serioso

  1. Transformations sémantiques:
    • râles pour rougis (motif de la respiration et de l'animalité)
    • naseaux pour bras (motif de la respiration et de l'animalité, allitération /s/)
    • corne pour clavecins (motif de l'animalité, figure métonymique, allitération /or/ /ro/ /rio/)

8

[6v] [3r] [1v]
Hâte-toibelledans mon malheur
je m'enfonçaisécoeuréabandonné
dans mes naufragesà la fêtenaïve
minceBiancades pressentiments
si belleamiedu parvis
exquiseversatiletes regards
tes épaulestes fesseston hâle
m'ont transpercém'ont ravichut
gentianeje pâlisapproche
interrogertrébuchernous répandre

Hâte-toi belle dans mon malheur
je m'enfonçais écoeurée abandonnée
1en chantant à travers le prélude en 8 et 10
très allègre alla «Notte e giorno faticar» di Mozart

quelques aperçus des villages du parvis
exquise versatile tes regards
tes épaules tes fesses respirant
le virtuose éolien des harpes
2
gentiane je pâlis approche
interroger trébucher nous répandre

  1. La transformation, par sa longueur, ne peut être régulièrement décalée en position (3,2).
  2. Variation dans la formule transformatrice du vent, dont la pertinence est ici densifiée par son association au registre musical (évocation des harpes éoliennes).

9

[3r] [1v] [7r]
Je me souviensje périssaisdans mes labyrinthes
sourdje grelottaisfantôme
dans mes naufragesà l'aubenaïve
blondeLucianades pressentiments
cavalièrehéritièredu parvis
exquisesuavetes sourcils
tes épaulestes onglestes paroles
m'ont transpercéensorceléchut
gentianemielapproche
volerrégnerdonner

Miroir1 avec quelques traces de giboulées
sourd je grelottais fantôme
dans mes naufrages à l'aube en écoutant
un poco piú allegro les bourgeons
sur les allées du parc
du parvis
exquise suave tes sourcils
tes épaules tes ongles tes paroles
m'ont transpercé ensorcelé chut
gentiane miel approche
voler dansant traversant1

  1. Le motif secondaire du traversier est ici joué, sur le mode du retour cyclique, entre le dernier (traversant) et le premier vers (Miroir): à travers le miroir.

10

[1v] [7r]
Mercije périssaisdans mes labyrinthes
mauditquel gâchisje piétinais
dans mes naufragescette nuittes tresses
blondeSylviade Venise
cavalièreduchessedes tournois
exquiseimaginativetes prunelles
ton mentontimidetes paroles
m'ont raniméconstelléchut
gentianeje trembleapproche
murmurernaîtrebalbutier

Merci je périssais dans mes labyrinthes
maudit quel gâchis je piétinais
dans mes naufrages cette nuit tes tresses
en murmurant poco vivace ma déclaration
près de la fontaine qui s'était remise à couler
dans son bosquet
imaginative tes prunelles
ton menton timide tes paroles
m'ont ranimé respirant le vent d'Est
gentiane je tremble approche
murmurer naître balbutier

11

[7r] [19r] [16r] [2v] [10v] [18r] [4v]
Mercimerveilleusedans mes labyrinthes
mauditje me consumaisje piétinais
magieau théâtretes tresses
précieuseJessicade Venise
courtisanecousinedes canaux
n'en doute pasimaginativetes larmes
tes prévenancestimideta voix
m'ont guériconstelléquel soulagement
filetlaurieréveille-toi
embaumernaîtreà ta santé

En récitant à travers la fughetta les ombres
des oiseaux assez lents des eaux

magie au théâtre tes tresses
précieuse célébrant allegro
pesante e risoluto la marche
mineure
imaginative tes larmes
tes prévenances timide ta voix
m'ont guéri constellé respirant
le Harmattan humecté
réveille-toi
embaumer naître à ta santé

12

[19r] [16r] [2v] [10v] [18r] [4v]
Aie pitiéde crise en crisedans mes imprécations
désoeuvréje me consumaisgourd
sur la plagesur le quaiheureusement
précieuseThaïsade Pentapole
courtisanecristalrose
n'en doute pasdes vertigestes remarques
tes ardeurstes couronnesta voix
m'ont changébarquequel soulagement
filetje frémiséveille-toi
embaumerrespirerà ta santé

Aie pitié en découvrant à travers tutte le corde
la douceur et la tendresse allègres
leggiermente
sur le quai heureusement
précieux Eraste d'Anneville
courtisan cristal glaïeul2
n'en doute pas des vertiges tes remarques
tes ardeurs ton casque2 ta voix
m'ont changé1 navire2 quel soulagement
harpon2 je frémis dresse-toi2
embaumer respirer à ta santé

  1. La transformation de l'adresse au masculin (Eraste) n'appelle pas ici une énonciation au féminin: m'ont changée
  2. Transformations sémantiques (jeux de connotations et d'allitérations):
    • glaïeul (masc.) pour rose (fém.)
    • casque (masc) pour couronnes (fém.)
    • navire pour barque
    • harpon pour filet
    • dresse-toi pour éveille-toi

13

[16r] [2v] [10v] [18r] [4v]
Dévêts-toilumineusedans mes imprécations
désoeuvréje me desséchaisgourd
sur la plageau crépusculeheureusement
si tendreCordeliama vie
moissonneusecristaldes hirondelles
des philosophesdes altitudespar bonheur
tes limpiditésje me souviensta voix
m'ont éclairélacquel soulagement
cascadeje gémiséveille-toi
gravirnagerà ta santé

Dévêts-toi lumineuse en traduisant
presto l'introduction à la fête

sur la plage au crépuscule heureusement
si tendre Caliste ma vie
inventant à travers le prélude au vin nouveau
quelques traces de cuivre piacevole

tes limpidités je me souviens ta voix
m'ont éclairé lac quel soulagement
cascade respirant les alisés
gravir nager à ta santé

14

[2v] [10v] [18r] [4v]
Approcheexquiseréprouvé
débrisje suffoquaisnoir
sanglantau crépusculeprogressivement
bruneMariamantouane
moissonneuseloides hirondelles
des philosophescaravellepar bonheur
tes poignetstes paumesta voix
m'ont blessém'ont foudroyéencens
quelle récompenseje gémiséveille-toi
frôlernagerà ta santé

Approche exquis réprouvé
transformant allegretto les invites
sanglant au crépuscule progressivement
brun Tircis de Tribehou
moissonneur loi des aigles2
philosophique galion2 par bonheur
ta poigne2 tes poils2 ta voix
m'ont blessé1 foudroyé1 encens
quelle récompense je gémis respirant
les haleines fragrantes
à ta santé

  1. La transformation de l'adresse au masculin (Tircis) n'appelle pas ici une énonciation au féminin: m'ont blessée foudroyée
  2. Transformations sémantiques (jeux de connotations et d'allitérations):
    • aigles (masc) pour hirondelles (fém.)
    • galion (masc) pour caravelle (fém.)
    • poigne pour poignets
    • poils (masc) pour paumes (fém., /oi/)

15

[10v] [18r] [4v]
Dans ma misèresuperbedans mes taudis
débrisje me vautraisnoir
sanglantsur la placeprogressivement
rousseIsabellamantouane
baise-moiétonnementdes hirondelles
des philosophesdes rempartstes élégies
tes poignetstes baguesm'ont excité
m'ont blessélavéfontaine
irisje défailleétends-toi
oscillernous renverserà ta santé

Dans ma misère superbe dans mes taudis
débris en flairant à travers la marche
des fantômes allègres quelques traces
d'écume
jument1 d'Avranches
baise-moi étonnante en hennissant
un poco piú moto tes rogations
tes cavalcades
ta crinière tes sabots m'ont exalté
m'ont blessé lavé fontaine
Iris je défaille étends-toi
osciller nous renverser à ta santé

  1. Déploiement du champ sémantique lié à la jument:
    • cavalcades pour élégies
    • crinière pour poignets
    • sabots pour bagues

16

[18r] [4v] [5v] [15r] [14v] [12v] [17r]
Dans ma misèredans ma lèpreexauce-moi
débrisje m'effritaisdamné
sanglantau concertpeu à peu
étrangeMarianamantouane
devineresserésurgencevigne
des lointainsdes rempartstes élégies
élixirtes baguesm'ont excité
m'ont rassembléje grandismiracle
maimaîtressepenche-toi
se tairenous renverserà ta santé

Dans ma misère dans ma lèpre exauce-moi
débris je m'effritais en chantant
à travers les murmures lents
mais pas trop quelques reflets2 sur les lustres
aux petites heures mezza voce
vigne
des lointains remparts tes élégies
élixir tes bagues m'ont excitée
rassemblée je grandis miracle
avril1 maîtresse penche-toi
se taire en respirant le Foehn

  1. Substitution de mai par avril, qui évite le redoublement mai maîtresse, qui joue sur les mots (avril maî-tresse).
  2. Substitution de traces par reflets, en reprise du motif du miroir tel qu'introduit dans la strophe 9.

17

[4v] [5v] [15r] [14v] [12v] [17r]
Dans ma misèredélabréexauce-moi
saleje désespéraisdamné
sordidependant l'oragepeu à peu
blancheAdrianamiroir
devineresserésurgencedes rives
des flotsadmirabletes reflets
ta chevelureta taillem'ont rajeuni
palmem'ont désaltérépourquoi crains-tu
fougèremaîtressepenche-toi
communiquernous renverserà ta santé

Souffles capiteux1 exaucez-moi
sale je désespérais damné
en murmurant vivace la marche
troublée
Clarice miroir
devineresse résurgence des rives
et des flots dansant à travers le prélude
à la pathétique sempre ligato assez lent
et toujours chantant una corda quelques traces
d'une valse
de cour
penche-toi
communiquer nous renverser en respirant1

  1. Le motif du vent est ici disposé, sur le mode du retour cyclique, entre le dernier (en respirant) et le premier vers (Souffles capiteux): en respirant les souffles capiteux.

18

[5v] [15r] [14v] [12v] [17r]
Fleurisdélabrédans mes forêts
douceje me souillaisstupide
immondeà la promenadetes éclats
grandePortiamiroir
devineressefilledes rives
des flotsvivetes reflets
ton artton nombrilm'ont rajeuni
palmeenchantéluth
fougèreje souffreexauce-moi
communiquercirculerencore

Fleuris délabré dans mes forêts
douce je me souillais stupide
immonde en célébrant grave e maestoso
l'introduction à l'orage
miroir
devineresse fille des rives
et des flots vive tes reflets
ton art ton nombril m'ont rajeuni
palme enchantée luth
fougère je souffre exauce-moi
communiquer circuler encore

19

[15r] [14v] [12v] [17r]
Fleurisdamedans mes incendies
désorientéje me lacéraisstupide
si belleau divertissementtes éclats
capiteuseCléopâtremiroir
devineresseénigmevin
des flotsdes écumestes reflets
ton arttes peignesm'ont rajeuni
palmefelouquebasilic
ivreje vacilleprépare-toi
creuserfouillerà jamais

Fleuris en respirant les zéphyrs
majeurs
je me lacérais stupide
si belle au divertissement en récitant
à travers le récitatif large et très expressif
tutte le corde sotto voce quelques traces
de grilles
dans la nuit noble

traduisant presto scherzando la marche naine
palme felouque basilic
ivre je vacille prépare-toi
creuser fouiller à jamais

20

[14v] [12v] [17r] [20v] [13v] [11v]
Fleurismultipleen dépit de tout
désorientéje viraisje me salissais
enfindans la clairièretes éclats
onduleuseOphéliedanoise
devineresseénigmemuse
des flotsdes écumestes guirlandes
ton franc parlerdélicieusementm'ont enveloppé
nacrenarcissebasilic
cygneje distilleprépare-toi
dégustermûrirà jamais

Fleuris multiple en respirant
le Notus
je virais je me salissais
enfin dans la clairière tes éclats
en découvrant à travers la fuga sombrement allègre
souterrains de la surdité quelques traces
d'une marche
majestueuse
tes armes1
ton franc-parler délicieusement m'ont enveloppée
feu1 glaïeul1 basilic
cygne je m'ouvre1 prépare-toi
déguster mûrir à jamais

  1. Substitutions suggestives:
    • armes pour guirlandes
    • feu pour nacre
    • glaïeul pour narcisse
    • je m'ouvre pour je distille

21

[12v] [17r] [20v] [13v] [11v]
Presse-moid'erreurs en erreursdans mes repaires
assoifféje viraisje m'enterrais
puisdans la clairièred'un seul coup
juvénileTamoragothique
devineresseflambeaumuse
des flotsdes bisestes trilles
ton franc parlertes brochesm'ont touché
<vers surnuméraire>
tu faiblisouraganpôle
cygneje distillefleuris
dégustermûrirengendrer

Presse-moi d'erreurs en erreurs dans mes repaires
assoiffé je virais je m'enterrais
puis dans la clairière d'un seul coup
juvénile en transformant allegro
l'usurpateur
flambeau muse
des flots des bises tes trilles
ton franc-parler tes broches chantant
à travers les grands feux du précurseur1
sur les montagnes le souvenir2 très lointain
des braises
dans les âtres pour chauffer
les salons des valses
engendrer

La pile contenant 20 cartons, cette 21 strophe entame un deuxième cycle de strophes, avec cette fois-ci les faces inverses des cartons de la première série. En l'état, le verso du premier carton [12v] apparaît ainsi au sommet de la pile.

  1. Comme la strophe 1, cette première strophe du 2ème cycle d'engendrement de la série contient un vers surnuméraire.
  2. Variation sur le motif de la trace: le souvenir très lointain plutôt que quelques traces.

22

[20v] [13v] [11v]
Vraid'erreurs en erreursmalgré moi
honteuxj'étouffaisaveugle
trêveau débarcadèrepar chance
déconcertanteDionyzade Tarse
hôtesseluxedésir
des caravanestes basjoli temps
tes consolationstes sandalesm'ont conquis
pavanecaravellepresse-moi
alcôveje distilleaie pitié
découvrirmûrirs'évanouir

Vrai d'erreurs en erreurs malgré moi
honteux j'étouffais en respirant
le Sirocco
sur le débarcadaire par chance
déconcertante génisse1 de Tourlaville
en dansant poco moderato entre les douces
mains de la paix la minuscule
couronne australe
tu m'as conquis
pavane murmurant l'arc-en-ciel
poco moderato
je distille aie pitié
découvrir mûrir s'évanouir

Toute transformation opérée, l'auteur a ici interverti l'ordre des strophes 22 et 23 dans la série. La strophe 23 a été engendrée après le retrait du carton [12v] de la strophe 21. La strophe 22, elle, est engendrée à partir du retrait du carton [17r] de la strophe 23. La strophe 24 est engendrée à partir du retrait du carton [20v] de la strophe 22. La série reprend ensuite toute sa régularité.

  1. Après la jument de la strophe 15, la génisse, à laquelle s'adresse l'énonciateur de la strophe.

23

[17r] [20v] [13v] [11v]
Vraid'erreurs en erreursdans mes tempêtes
quelle angoisseje viraisméconnaissable
déchiquetédans la clairièrepar chance
fantasqueMarinadans ma misère
devineresseluxemuse
des flotstes bastes rhapsodies
tes mouvementstes sandalesm'ont bouleversé
m'ont décantéseldes passages
cygneje distilleaie pitié
dégustermûrirs'évanouir

Vrai d'erreurs en erreurs dans mes tempêtes
quelle angoisse en respirant l'Auster
déchiqueté dans la clairière par chance
fantasque Philandre en écoutant
vantail de droite l'enclume

des flots tes cuisses tes rhapsodies
tes mouvements tes sandales m'ont bouleversé
m'ont décanté sel des passages
cygne je distille aie pitié
déguster mûrir s'évanouir

Le carton [12] n'est pas remis en jeu sous la pile et est définitivement retiré de la série des manipulations. La pile ne compte dès lors plus que 19 cartons.

24

[13v] [11v] [8v]
Vraiinventivemalgré moi
honteuxje m'engloutissaispoings rongés
trêvehierbrusquement
ardenteJuliettelagunaire
brodeuseluxedes louves
voistes bastes mélodies
ta chaleurta justessem'ont imprégné
m'ont redresséforgeseuil
alcôveje distillepare-toi
découvrirmûrirdéborder

Vrai inventive malgré moi
honteuse je m'engloutissais poings rongés
trêve hier brusquement
ardente Chrysante de Bacilly
brodeuse en récitant presto
à travers la pulvérisation de la Bastille
quelques larmes de plomb
tu m'as imprégnée1
redressée1 forge seuil
alcôve je distille pare-toi
découvrir mûrir déborder

Le carton [20v], retiré de la strophe 22, n'est pas retourné avant d'être remis sous la pile des cartons. Nous le retrouvons tel quel dès la strophe 40.

  1. La féminisation de l'énonciation s'accorde ici avec une adresse à l'ardente Chrysante.

25

[11v] [8v] [9v] [6r]
Vraije m'enfermaisautrefois
déchiréje me droguaisenragé
trêvehiersilencieuse
élancéeCressidatroyenne
fraîchesouverainedes louves
merveilleusedes nuancestes mélodies
tes gentillessestes voilesm'ont imprégné
m'ont retournésableet maintenant
détends-toije distillepare-toi
disparaîtremûrirdéborder

A donner naissance au bébé Verseau
déchiré je me droguais enragé
trêve en respirant le vent des flammes
élancée Chimène de Torigni
fraîche souveraine en célébrant
la fantaisie des rayons presto

tes gentillesses tes voiles m'ont imprégné
retourné sable et maintenant
découvrant à travers le chant de grattitude
le docteur Faust aide les jeunes femmes1

Le carton [13v], retiré de la strophe 24, n'est pas retourné avant d'être remis sous la pile des cartons. Nous le retrouvons tel quel dès la strophe 40.

  1. Réapparition du motif faustien, dans une disposition strophique qui retourne le dernier vers sur le premier vers:

    le docteur Faust aide les jeunes femmes
    à donner naissance au bébé Verseau

26

[8v] [9v] [6r]
Lyrepuredans mes noirceurs
je sombraisje me droguaisenragé
possédéhiersilencieuse
majestueuseDianasi tendre
fraîchecompagnedes louves
merveilleuseingénieusem'en veux-tu
tes ondulationstes élanston sourire
m'ont retournéséduitlilas
détends-toiparadisaccueille-moi
disparaîtreà loisiret partir

Lyre pure dans mes noirceurs
je sombrais je me droguais enragé
possédé hier en respirant
les zéphyrs mineurs
si tendre
fraîche compagne des louves
en traduisant Diane ou la lune andante
tes ondulations tes élans ton sourire
m'ont retourné séduit lilas
détends-toi paradis accueille-moi
disparaître à loisir et partir

27

[9v] [6r]
Aime-moifraîchesolitaire
je sombraisje blasphémaisdans mes châteaux
bouleversementau concourssilencieuse
ton humeurViolasi tendre
fraîcheétoiledes nymphes
merveilleusedes aventurestes tempes
tes ondulationstes talonsélégante
m'ont circonvenum'ont charméoù m'entraînes-tu
si douceparadisaccueille-moi
savoirà loisiret partir

Valse de Titania meno allegro
je sombrais je blasphémais dans mes châteaux
bouleversement au concours silencieuse
ton humeur Léonore si tendre
fraîche étoile des nymphes
merveilleuse en inventant allegro con brio
meno allegro qu'en plein mois d'août on répète
l'ouverture du divertissement pour la nuit
de la Chandeleur
paradis transformant
la marche d'Obéron allegro con brio

28

[6r] [3v] [1r]
Viensfraîchesolitaire
dégoûtéje blasphémaisdans mes châteaux
fauveà la processionirrésistiblement
noireHermiasi tendre
tes seinssoeurdes nymphes
merveilleusemutinetes yeux
tes cuissesta nuquetes nonchalances
m'ont saisim'ont charmépourquoi tarder
essenceparadisécoute
mordillerà loisirsemer

Viens frais solitaire
dégoûtée je blasphémais dans mes châteaux
fauve à la procession irrésistiblement
noir flairant les respirations
empressées
frère des satyres
merveilleux mutin chantant
Leporello costumé en Pyrame
toiling night and day sweet moon

essence paradis écoute
mordiller à loisir avaler

29

[3v] [1r] [7v]
A ta santéchèredans mes tourments
épuiséje transpiraisruiné
fauveà l'auroreirrésistiblement
noireHellénades îles
tes seinsorientdes soies
des minesdes usinestes yeux
guitarelavandièretes nonchalances
m'ont saisim'ont rafraîchipourquoi tarder
essenceje soupireécoute
planerinonderexulter

Je vais vous mener1 en rond par marais
par fourrés par buissons et par ronces
2
fauve à l'aurore irrésistiblement
noire Floris respirant
les alisés variés
des soies
des mines et des usines tes yeux
en écoutant Leporello-Bottom allegro molto
m'ont saisi rafraîchi pourquoi tarder
essence je soupire écoute
planer dansant je vous suis1

  1. Même jeu qui vise à rapprocher les bords de la strophe: je vous suisje vais vous mener. Circulation incessante de la lecture dans la strophe.
  2. Cette déclaration Je vais vous mener en rond par marais... ouvre, pour les strophes suivantes, l'évocation de tout un paradigme écologique: bourgeons, parc, source, aube, vrilles, grappes...

30

[1r] [7v]
A ta santéchèredans mes épreuves
je renonçaisje languissaisfurieux
fouce soirirrésistiblement
menueMirandades îles
dentellièresultanedes soies
je me souvienshautboistes yeux
guitareton sexeta démarche
m'ont saisim'ont caresséroman
essencedes digitalesécoute
dormirgrésillerrêver

A ta santé cher dans mes épreuves
je renonçais je languissais furieux
fou ce soir irrésistiblement
menu Floridan de Barenton
dentelier sultan des soies
je me souviens hautbois tes yeux
guitare en murmurant la fantaisie de Puck
allegro assai
m'ont caressé1 roman
essence des digitales écoute
dormir grésiller rêver

  1. L'énonciation au masculin s'accorde ici avec une adresse au menu Floridan.

31

[7v] [19v] [16v] [2r] [10r] [18v] [4r]
A ta santétendredans mes épreuves
je renonçaisje me calcinaisfurieux
fouau bosquetprudente
menueCéliacastillane
guérisseuseaiméeperle
des faubourgshautboistes airs
ta gorgeton sexeton rire
coquillem'ont caresséinépuisable
oeilletje tangueallonge-toi
chèvrefeuillegrésillers'écouler

En récitant lors d'une dernière prière
à la Vierge des nouveaux bourgeons
qui s'entrouvent dans les allées lointaines
du parc dévasté
biche1 de Theurtheville Bocage
guérisseuse respirant les haleines
charmeuses
clarine tes airs
ta gorge ton sexe célébrant
Uranus ou le ciel andante

oeillet je tangue allonge-toi
chèvrefeuille grésiller s'écouler

  1. biche, pour compléter le bestiaire (après jument et génisse)

32

[19v] [16v] [2r] [10r] [18v] [4r]
Prépare-toigénéreusedans mes enfers
torturéje me calcinaishébété
sur la terrasseau palaispar bonheur
graveElvirecastillane
dompteusevertuperle
des ravinsil pleuttes airs
ta gorgetes colliersm'ont converti
coquillebannièresalut
oeilletje pointeallonge-toi
chèvrefeuilleplanters'écouler

Prépare-toi en écoutant allegro
pendant l'introduction légère
au soir des vignerons la source
asséchée qui s'est remise à couler
de toutes ses cordes couleur d'aube
respirant
la mousson d'été
tes airs
ta gorge tes colliers m'ont convertie
coquille bannière salut
oeillet je me fends allonge-toi
chèvrefeuille absorber s'écouler

33

[16v] [2r] [10r] [18v] [4r]
Prépare-toije te veuxdans mes fumées
torturéje me punissaishébété
sur la terrasseau clair de lunepar bonheur
mignonneDesdémonehourrah
danseusevertudes ruelles
des chuchotementsdes horizonstes faveurs
ta gorgetes vocalisesm'ont arraisonné
coquilleécaillealleluia
oeilletbaumegraine
chèvrefeuilleécoutesans cesse

Prépare-toi je te veux en traduisant
la valse enivrée allegro

sur la terrasse au clair de lune par bonheur
mignonne Amarante hourrah
danseuse vertu des ruelles
des chuchotements et des horizons tes faveurs
ta gorge tes vocalises m'ont arraisonné
coquille inventant parmi les vrilles
et les grappes les paysans quittent
plaisamment leurs houppelandes mouillées

34

[2r] [10r] [18v] [4r]
Interminablementdélicatedans ma poix
pustuleuxje m'empêtraisflottaison
tout a eu lieuau clair de lunepar hasard
volubileJuliamerci
danseuseimpératricedes ruelles
des chuchotementsincomparabletes faveurs
ta gorgetes mainspleurs de joie
m'ont réveillésauvénasse
oeilletbaumebrille
chèvrefeuilleécoutebaiser

Interminablement délicate dans ma poix
en transformant les vendanges flottaison
tout a eu lieu au clair de lune par hasard
volubile Célie merci
danseuse impératrice des ruelles
des chuchotements respirant la brise océane
ta gorge tes mains pleurs de joie
m'ont réveillé sauvé nasse
oeillet baume brille
chèvrefeuille écoute baiser

35

[10r] [18v] [4r]
Tes lèvreslégèredans ma caverne
pustuleuxje déliraisflottaison
tout a eu lieuau spectaclepar hasard
volubileOliviad'Illyrie
danseuseespoirdes navigateurs
bourgeondes portstes faveurs
tes expressionsta patiencepleurs de joie
m'ont assainichatouillénasse
des accordspenséesdétends-toi
chèvrefeuilleplongeret mourir

Tes lèvres légère dans ma caverne
pustuleux en chantant vivace
au milieu des philosophes buveurs
le faufilement de Paul et Virginie

danseuse espoir des navigateurs
bourgeon des ports respirant
le vent d'Ouest
ta patience pleurs de joie
m'a assailli chatouillé nasse
écoutant la fantaisie de cuve
vivace
plonger et mourir

36

[18v] [4r] [5r] [15v] [14r] [17v]
Amourdans mes hésitationsdans ma caverne
pestiféréje me détruisaisflottaison
dans les galeriesau carrefourpar hasard
volubileIrisalexandrine
messagèregloireor
bourgeondes portstes cavatines
tes expressionsta patiencem'ont rétabli
rossignolcaillecaresse-moi
fondrequel reposlèche-moi
chèvrefeuilleplongerà bouche que veux-tu

Amour dans mes hésitations dans ma caverne
pestiférée je me détruisais en dansant
Sainte Lucile déguisée en étoile Vesper

s'émerveillant du caducée de Barfleur
messager gloire or
bourgeon des ports tes cavatines
tes expressions tes impatiences1 m'ont rétablie
épervier1 tigre1 caresse-moi
fondre quel repos lèche-moi
séquoia1 plonger à bouche que veux-tu

  1. Transformations sémantiques:
    • impatiences pour patience
    • épervier pour rossignol
    • tigre pour caille
    • séquoia pour chèvrefeuille

37

[4r] [5r] [15v] [14r] [17v]
Amourmon coeurdans ma caverne
pestiféréje haletaisinfâme
dans les galeriesce matinô
fragileBéatricede Messine
jardinièregloireor
des nuagesuniquetes improvisations
ta franchiseta poitrineta peau
m'ont délivrénourrianguille
fondrequel reposviens
chèvrefeuilleplongerà perte d'âme

Dessinant l'horizon des larmes
pestiféré je haletais infâme
dans les galeries ce matin en murmurant
Mercure ou la science allegro

jardinière gloire or
des nuages unique tes improvisations
ta franchise respirant la mousson
variée de l'automne
anguille
fondre quel repos récitant
adagio ma non troppo les bras du scorpion méconnu

38

[5r] [15v] [14r] [17v]
Il ventemon coeurquel cauchemar
dans mes tourbillonsje blêmissaisexcommunié
sur le quaiau retouraudacieuse
fragileRosalinebravo
jardinièresalutor
des nuagesadorabletes improvisations
ta franchisetes hanchesm'ont transformé
m'ont enflamméconquisanguille
festindes bruyèresviens
m'aspergerm'emplirà perte d'âme

Il vente dans mon coeur quel cauchemar
dans mes tourbillons je blémissais excommunié
sur le quai en célébrant la valse fantôme
adagio ma non troppo
Rosidor1 bravo
jardinier salut or
des nuages adorable tes improvisations
ta franchise tes hanches respirant
le vent de Galerne
m'ont conquis squale2
incendie2 des bruyères viens
m'asperger m'emplir à perte d'âme

  1. Rosidor, pour Rosaline.
  2. Transformations sémantiques:
    • squale (masc.) pour anguille (fém.)
    • incendie pour festin

39

[15v] [14r] [17v]
Baise-moiouiquel cauchemar
dans mes tourbillonsje roulaisje me fuyais
sur le quaiau parcà l'improviste
fragileImogèned'outre-mer
couturièreclefor
des nuageset marbrestes improvisations
ta franchisetes épinglesm'ont transformé
m'ont vivifiédoradeanguille
ahje frétillecaresse-moi
baise-moiappareilleret saisir

Mineur solitaire quel cauchemar
dans mes tourbillons je roulais je me fuyais
sur le quai au parc découvrant
andante sempre cantabile toutes les armes
abandonnées s'épanouissant en floraison
de rouille sous les brumes
tes improvisations
tes ouïes1 tes nageoires1 m'ont transformé
m'ont vivifié dorade anguille
ah je frétille caresse-moi
baise-moi traduisant mes rêveries

  1. Transformations sémantiques:
    • tes ouïes pour ta franchise
    • tes nageoires pour tes épingles

40

[14r] [17v] [20v] [13v] [11r]
Mais nonsavantequel cauchemar
impatientje me meurtrissaisje me fuyais
sur le quaià l'entractesoudain
lasciveTimandracythéréenne
joaillièreclefor
des cèdreset marbrestes improvisations
ta sincéritéta robem'ont réconforté
m'ont vivifiélibérécolombe
ahje brûlebaise-moi
baise-moiçà et làs'éterniser

Mais non savante quel cauchemar
impatiente je me meurtrissais je me fuyais
sur le quai à l'entracte soudain
en inventant largo molto espressivo
sous les graves et majestueuses vocalises
d'Amphion édifiant les granges de l'orage

ta sincérité ta robe m'ont interpellée
vivifiée respirant les ouragans mineurs
oh je brûle baise-moi
baise-moi çà et là s'éterniser

41

[17v] [20v] [13v] [11r] [8r] [9r]
En vaind'erreurs en erreursmalgré moi
rebutje me meurtrissaisreplié
l'heure a sonnéà l'entractesuave
fabuleuseViolentaferraraise
joaillièreluxeor
des âgestes bastes improvisations
tes répartiestes sandalesm'ont réconforté
boucliersauleallonge-toi
alcôveje brûlebaise-moi
découvrirçà et làs'éterniser

En vain 1écoutant Saturne
ou le temps allegro
replié
l'heure a sonné à l'entracte suave
fabuleuse Angélique de Tessy sur Vire
joaillière luxe or
des âges tes bas tes improvisations
tes réparties tes sandales m'ont réconforté
bouclier saule 2allonge-toi
alcôve je brûle baise-moi
découvrir çà et là s'éterniser

Avec la strophe 41 débute le troisième cycle de génération de la série. La première carte de la pile ayant été retirée (cf. strophe 21), le nouveau cycle est entamé avec le carton [17v]. Le fait que les cartons [20] et [13] n'aient pas été retournés (cf. strophes 24 et 25) au moment de les ranger sous la pile différencie encore l'état des matrices aux stophes 41, 42 et 43 de celui des strophes 2, 3 et 4.

  1. L'alternance du redoublement de la transformation musicale est désormais inversée, les stophes paires redoublant la transformation, les strophes impaires n'en recèlent plus qu'une seule.
  2. La transformation vent est irrégulièrement omise ici. La strophe 42 reprend régulièrement cette transformation en position (9,2).

42

[20v] [13v] [11r] [8r] [9r]
Tu le saisd'erreurs en erreursmalgré moi
honteuxj'étouffaisaveugle
l'heure a sonnéau débarcadèrepar chance
déconcertanteDionyzade Tarse
hôtesseluxedésir
des caravanestes basjoli temps
tes consolationstes sandalesm'ont conquis
pavanecaravellepresse-moi
alcôveje brûleaie pitié
découvrirçà et làs'évanouir

Tu le sais d'erreurs en erreurs en dansant
à travers les ais du pressoir quelques filets
d'eau vive ou de vie les trésors
de la Balance illuminant ceux du Verseau

murmurant les démarches désir
des caravanes tes bas joli temps
tes consolations tes sandales m'ont conquis
pavane caravelle presse-moi
alcôve en respirant les exalaisons
découvrir çà et là s'évanouir

43

[13v] [11r] [8r] [9r] [6v]
Tu le saisinventivemalgré moi
honteuxje m'engloutissaispoings rongés
l'heure a sonnésur le pontbrusquement
ardenteJuliettelagunaire
brodeuseluxedes vitraillers
voistes bastes regards
ta chaleurta justessem'ont ressuscité
m'ont redresséforgeseuil
alcôveje brûlehâte-toi
découvrirçà et làexplorer

Tu le sais inventif malgré moi
récitant les éventails poings rongés
l'heure a sonné sur le pont brusquement
ardent Clitandre de Barneville
dessinateur luxe des vitraillers
vois ta ceinture2 tes regards
ta chaleur ta justesse m'ont ressuscitée1
assouplie1 forge forteresse2
phare2 je brûle respirant
l'Aquilon mineur
explorer

  1. L'adresse est masculine (ardent Clitandre, dessinateur), l'énonciation change ici de genre et passe au féminin: m'ont ressuscitée assouplie.
  2. Transformations sémantiques:
    • ta ceinture pour tes bas
    • assouplie pour redressé
    • forteresse pour seuil (/for/)
    • phare pour alcôve

44

[11r] [8r] [9r] [6v]
Tu le saisje m'étranglaisdans mes abîmes
vieillije me perdaislarve
l'heure a sonnésur le pontgrâce au ciel
mystérieusePerditasicilienne
institutriceparfumdes vitraillers
des vergersdes pharestes regards
ta retenuetes fourruresm'ont ressuscité
herbetalismanambre
reliquaireje brûlehâte-toi
flairerçà et làexplorer

Tu le sais je m'étranglais dans mes abîmes
vieilli en célébrant les yeux mouillés
l'heure a sonné sur le pont grâce au ciel
mystérieuse Phylis de Saint Jean de Daye
institutrice parfum découvrant
la respiration du sablier
tes regards
ta retenue tes fourrures m'ont ressuscité
herbe talisman ambre
reliquaire je brûle hâte-toi
flairer çà et là explorer

L'état de la pile est ici le même que celui de la strophe 5. Seul le travail de réécriture par les différentes transformations peut désormais différencier les strophes 44 à 47 des strophes 5 à 8.

45

[8r] [9r] [6v]
Légendeinnocenteen mes intrigues
vieillije me perdaisj'appelais
l'heure a sonnésur le ponttaciturne
minceRosalindeardennaise
institutricedélicedes vitraillers
je le juretourbillonnantetes regards
tes bouclesm'ont atteinttes palpitations
tes jambesempiégéambre
clavecinsje pâlishâte-toi
rajeunirtrébucherexplorer

Mythe2 innocent en mes intrigues
vieilli je me perdais en traduisant
le départ du piéton
taciturne
mince Lysarque de Beaumont
instituteur délice des vitraillères
je le jure tourbillonnant tes regards
tes pointes m'ont atteint1 tes palpitations
tes veines2 empiégé musc2
orgue2 je pâlis hâte-toi
rajeunir en respirant la tramontane

  1. L'adresse est masculine (mince Lysarque, instituteur), l'énonciation reste au masculin: m'ont atteinte.
  2. Transformations sémantiques:
    • mythe (masc.) pour légende (fém.)
    • veines pour jambes
    • musc pour ambre
    • orgue pour clavecins

46

[9r] [6v]
Hâte-toibelledans mes déserts
je m'enfonçaisécoeuréj'appelais
l'heure a sonnéà la chassetoi
minceKatherinem'en veux-tu
si belleorgueildes vitraillers
tu rougissinueusetes regards
tes brastes chevillestes palpitations
m'ont poursuivim'ont ravitorche
clavecinsje pâlisaccepte
rajeunirtrébucherretrouver

Borée1 belle dans mes déserts
je m'enfonçais écoeuré j'appelais
en inventant le départ du cavalier
mince chèvre2 m'en veux-tu
si belle fierté des vitraillères
tu bêles3 transformant le départ
du marin
tes mamelles3 tes palpitations
m'ont poursuivi m'ont ravi chandelle3
pipeau3 je pâlis accepte
rajeunir trébucher en respirant1

  1. La transformation vent permet une fois encore à la strophe de boucler sur elle-même et de rejouer ainsi à cette échelle le mode d'engendrement de toute la série (qui, elle aussi, boucle sur elle-même).
  2. Après jument, génisse et biche, chèvre se substitue ici à Katherine.
  3. Transformations sémantiques:
    • fierté pour orgueil
    • tu bêles pour tu rougis (/si belle/ /tu bêles/)
    • mamelles pour chevilles (/mamelle/ /chandelle/)
    • chandelle pour torche
    • pipeau pour clavecins (/p/)

47

[6v] [3r] [1v]
Hâte-toibelledans mon malheur
je m'enfonçaisécoeuréabandonné
dans mes naufragesà la fêtenaïve
minceBiancades pressentiments
si belleamiedu parvis
exquiseversatiletes regards
tes épaulestes fesseston hâle
m'ont transpercém'ont ravichut
gentianeje pâlisapproche
interrogertrébuchernous répandre

Hâte-toi belle dans mon malheur
je m'enfonçais écoeurée abandonnée
dans mes naufrages en chantant le départ
de l'ange
Isabelle des pressentiments
si belle amie du parvis
exquise versatile tes regards
tes épaules tes fesses ton hâle
m'ont transpercée1 m'ont ravie1 chut2
gentiane je pâlis approche
interroger trébucher nous répandre

  1. L'adresse est féminine (Isabelle), l'énonciation passe elle aussi au féminin: m'ont transpercée m'ont ravie.
  2. La série du Don Juan dans la Manche s'achève sur un appel au silence: chut. Dont acte.

Valid CSS! Valid XHTML 1.0! © Ambroise Barras, 2000-2004